L'auberge de l'islam Index du Forum

L'auberge de l'islam
Pour mieux connaitre et comprendre l'islam
 

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


Le verdict de la chanson

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'auberge de l'islam Index du Forum   >>> L'auberge de l'islam   >>> les questions du jour
Sujet précédent ..::.. Sujet suivant  
Auteur Message
yosr


Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2007
Messages: 11

MessagePosté le: Mer 21 Nov - 17:54 (2007)    Sujet du message: Le verdict de la chanson Répondre en citant

Question:

Quel est le verdit légal envers les chansons ?

Réponse:


Louange à Allah. Paix et salut sur Son Prophète.

Cher frère, chère sœur,


Tout d'abord il faut savoir que les chants ou chansons sont plusieurs genres. Nous allons développer ce sujet pour vous.


1/ Si le chant comprend des instruments de jeu et de musique :


Ce genre est illicite et il est formellement interdit de l'écouter par l'homme ou par la femme. D'ailleurs c'est un consensus des Oulémas.


Beaucoup de savants ont rapporté le consensus sur l'interdit formel d'écouter tous les genres d'instruments musicaux (sauf la tambourine) et parmi eux les imams AL Kortobi, At-Tabari, Ibn Sallah, Ibn Radjab, Ibn Al Qayam et El Haythami.


L'imam Al Kortobi a dit: "Ecouter la flûte, la guitare, le tambour… est interdit. Je ne connais aucun Alam - ancien ou contemporain - qui ait permis d'écouter la musique. Et comment ne pas l'interdire alors qu'elle est le symbole des alcooliques, des libertins, des débauchés et de tous les pécheurs."

En conséquence, son interdiction est incontestable ainsi que l'impiété et le libertinage de celui qui s'y adonne.

L'imam Ibn Hadjar El Haytami l'a rapporté dans "Les mesures répressives pour ne pas commettre les péchés capitaux." (Voir chapitre 446-451 jouer de la guitare de la flûte… et l'écouter.). Cela est clairement signifié par le Coran et la Sunna.


Le Compagnon Abou Malek El Achâari a dit que le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, a dit : « Certes, il y aura parmi ma communauté des gens qui rendront licite l'adultère, la soie, l'alcool et les instruments de musique. Il y en aura qui, campés au pied de la montagne pour se reposer ,diront à leurs bergers qui ramèneront le soir leurs troupeaux et qui seront dans la détresse : « Revenez demain ». Allah anéantira dans la nuit un certain nombre de ces gens-là en faisant ébouler la montagne et Il changera les autres en singes et en porcs jusqu'au jour de la Résurrection. » (Boukhari)


L'expression "instruments de cordes" englobe tous les instruments de musique. Donc tout instrument musical est interdit sauf la tambourine.


Le fait que le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, ait dit : "Vont rendre licite" est l'argument le plus fort de l'interdiction des instruments de cordes, car s'ils étaient licites pourquoi alors vont-ils-les rendre licites ?


Aussi l'argument de conjonction dans le hadith exprime bien l'interdit puisqu'il a associé les instruments avec l'alcool, l'adultère et la soie qui sont interdits formellement par le Coran, la Sunna et le Consensus.


Parmi les arguments de l'interdiction de la chanson, ce verset du Coran : "Et parmi les hommes, il est (quelqu'un) qui dénué de science, achète de plaisants discours pour égarer hors du chemin d'Allah et pour le prendre en raillerie. Ceux-là subiront un châtiment avilissant. " (sourate 31/verset 6)


L'imam Ibn Kathir a rapporté dans l'interprétation de ce verset qu'Ibn Messaoud a dit : "Par Allah c'est bien de la chanson qu'il s'agit"

D'autres arguments sont mentionnés dans le livre (Ighathatou El-Lahfane mine Massayidi Echchaytane) de l’imam Ibn Qayam.


En ce qui concerne, le "Douf" (tambourin): Il est licite, dans le plus juste des propos, pour les femmes, dans les fêtes et les mariages, à condition que les paroles chantées soient de bon sens, ne comprennent pas de propos obscènes ou incitent au vice et à la débauche.

C’est restreint aux femmes seulement.


2/ Si le chant ne comprend pas des instruments :


Le premier cas: Si c'est une femme qui chante pour des hommes:


Nul doute que c'est clairement interdit ! La Charia ne lui a-t-elle pas interdit d’accomplir l’«Adhan-appel à la prière-» (pour les hommes) ainsi que d'élever sa voix quand elle récite le Coran en présence des hommes ?


Par contre si elle chante pour des femmes, avec des paroles de bon sens, pendant une occasion opportune, comme un mariage, alors c'est licite.


Le deuxième cas: C’est un homme qui chante :


On examine la composition de paroles chantées:


S'il chante des paroles qui expriment les bonnes valeurs et exhortent à la vertu et à la bonne action, alors c'est permis selon certains savants.


En contrepartie d'autres savants ont énoncé que c'est abhorré, Makrouh, surtout s'il le fait contre une rémunération.


Le plus juste est que le chant (ou la poésie) qui incite aux bonnes valeurs est licite, mais cela ne doit pas être fréquent.


Si le chant exprime des propos obscènes, incite au vice et à la débauche, fait désirer la mauvaise action, décrit le corps de la femme ou fait les louanges de l'alcool… alors il est certainement interdit, ce qui est tout à fait évident.


Et Allah sait mieux

Sources : http://www.islamweb.net/ver2/Fatwa/ShowFatwa.php?lang=F&Id=42684&Op…

_________________
Ibn Mas'ùd a dit: J'ai demandé au Messager de Dieu : Quelle est l'œuvre la plus méritoire? Il dit: La prière à ses heures. Je dis: Et quoi encore? Il dit: La piété filiale. Je dis: Et quoi encore? Il dit:Le combat au service de Dieu.(ura)


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 21 Nov - 17:54 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
verslalumiere
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2007
Messages: 625

MessagePosté le: Mer 11 Fév - 13:40 (2009)    Sujet du message: Le verdict de la chanson Répondre en citant

Question :

Qu’en est-il des chants islamiques sans accompagnement musical ?

Réponse :


Louange à Allah

Des textes authentiques et clairs ont diversement indiqué qu’il est permis de déclamer des poèmes et de les écouter. Il a été rapporté de façon sûre que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) et ses nobles compagnons (P.A.a) ont déclamé des vers et en ont écouté et fait lire aussi bien au cours de leurs voyages que pendant leurs séjours, dans leurs assemblées comme pendant leur travail, individuellement à l’instar de Hassan ibn Thabit et Amir ibn al-Akwa’ et Andjecha (P.A.a) ou collectivement – comme l’indique le hadith d’Anas (P.A.a) relatif au récit du creusement du Fossé, dans lequel il dit : « Quand le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) se rendit compte que nous souffrions de la faim et de la fatigue, il déclama :

« ô Seigneur ! Il n’y a point de vie en dehors de la vie future.

« Pardonne les immigrés et les auxiliaires.

Ceux-ci répliquèrent :

« Nous avons prêté à Muhammad le serment

de nous livrer au djihad durant notre existence »


(rapporté par al-Boukhari, 3/1043).

Dans al-Madjaliss, Ibn Abi Chayba a rapporté avec une bonne chaîne (de transmission) d’après Abou Salamata ibn Abd Rahman que ce dernier a dit : « Les Compagnons du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) n’étaient ni dévoyés ni mous ; ils se rappelaient des poèmes dans leurs assemblées et désapprouvaient la situation antéislamique, et quand la foi de l’un d’eux était mise en cause, il se retournait les yeux de colère » (8/711).

Voilà ce qui prouve qu’il est permis de déclamer des vers individuellement et collectivement. Le terme arabe nashiid signifie : déclamer en embellissant la voix.

Cependant la permission est soumise à des restrictions :

- ne pas utiliser des instruments et appareils interdits ;

- ne pas recourir fréquemment à la lecture chantée des poèmes au point d’en faire une habitude permanente et de négliger des devoirs et des prescriptions à cause d’elle ;

- ne pas utiliser la voix féminine ;

- absence de propos dégradés ou interdits ;

- absence de ressemblance avec la musique des pervers ;

- absence d’effets sonores spéciaux semblables à ceux produits par les instruments de musique ;

- éviter de déclamer les vers de manière si mélodieuse qu’il produit sur l’auditeur le même effet que les chansons.

Ceci est très fréquent dans les chants en vogue à nos jours. Il en résulte que ceux qui les écoutent, au lieu de réfléchir sur les sens sublimes qu’ils véhiculent, se laissent emportés par le plaisir que la mélodie leur procure.

Et c'est Allah le garant de l’assistance.

Référence : Fateh al-Bari, 10/553-554-562-563

Mousannaf Abi Shayba, 8/711.

Al-Qamous al-Mouhit 411.

Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid

Source : islam-qa

_________________
Le Messager de Dieu a dit: Celui qui a fait la prière de l'aube s'est mis sous la protection de Dieu. Fais bien attention, Ô fils d'Adam! à ne pas négliger de faire ce qui te vaut Sa protection!.(rapporté par muslim)


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:42 (2016)    Sujet du message: Le verdict de la chanson

Revenir en haut
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'auberge de l'islam Index du Forum   >>> les questions du jour Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
MylSeigneur thème by SGo